Présentation de l’expérimentation

Les Tables de Quartier sont des espaces citoyens, qui réunissent associations et/ou habitants mobilisés à l’échelle du quartier. Leur but est de mener des actions collectives permettant l’amélioration des conditions de vie dans le quartier, à partir d’enjeux, préoccupations et envies d’agir soulevés par les habitants. Il peut s’agir de solutions construites par les habitants eux-mêmes, ou de démarches d’interpellation. Initiées au Québec dans les années 1960, et mises en lumière par le rapport sur la politique de la Ville dit rapport « Bacqué-Mechmache » publié en 2013, les Tables de Quartier sont expérimentées en France pour trois années, entre 2014 et 2017, par la Fédération des Centres Sociaux de France associée à la coordination citoyenne « Pas Sans Nous ».

12 tables ont été lancées, dans des quartiers populaires de différentes villes de France. Elles sont portées pour moitié par des centres sociaux, et pour moitié par d’autres associations de quartier. Ces Tables ne sont pas à proprement parler des dispositifs de participation : autonomes des pouvoirs publics, elles n’existent que par la mobilisation qu’elles parviennent à susciter. Ce sont les habitants, et non les structures porteuses, qui décident des sujets à traiter, des objectifs à poursuivre; ce sont eux qui mènent les actions.

logojaune

Description d’une Table de Quartier :

Pour être un espace citoyen de débats et d’actions, la Table développe une démarche de concertation qui part du vécu, des ressources, des envies d’agir et des intérêts communs des habitants du quartier. Ce mouvement ascendant met la parole des habitants et leur expertise au cœur même de la démarche. Ils en sont les premiers décideurs et les premiers acteurs.

Une Table de quartier articule ainsi quatre dimensions :
– Elle dresse un état des lieux des enjeux actuels et prioritaires du quartier (« portrait de quartier ») ;
– Elle élabore des projets et des propositions concrètes ;
– Elle mobilise les habitants et les acteurs du quartier sur un plan d’actions ;
– Elle négocie avec les pouvoirs publics et institutions de son territoire pour faire avancer ses projets.

La Table de quartier se positionne ainsi dans une logique constructive et réactive; en « mode propositions », ce qui contribue à constituer sa légitimité. La composition, le fonctionnement, les méthodes de mobilisation et d’animation utilisés sont donc fondamentaux pour que la démarche soit réellement ascendante.

Ce que n’est pas une Table de Quartier :

Une Table de quartier est un espace autonome pour l’action citoyenne, et non une instance de concertation dont l’initiative serait prise par les pouvoirs publics. Elle ne remplace pas les concertations menées par les pouvoirs publics. Elle fixe elle-même ses priorités.

Aller à la barre d’outils